Comprendre les émotions des bébés et des enfants

Comprendre les émotions des bébés et des enfants

Comprendre les émotions des bébés et des enfants

« Nous appellerons émotion une chute brusque de la conscience dans le magique. » disait Sartre. Les émotions, certes parfois très belles, sont complexes, difficiles à saisir, nous y réagissons tous différemment, et il peut s’avérer délicat d’en parler avec son enfant, voir même de les comprendre.

Selon le docteur en psychologie, Ilios Kotsou, les émotions ont trois fonctions principales : « alarme, guidage et communication ». On identifie 6 émotions primaires : colère, tristesse, joie, peur, dégoût, surprise.

Mais elles ont des conséquences, la colère peut détruire, la tristesse mener à des extrêmes terribles, la peur à l’omission de l’objet de celle-ci, le dégoût à la haine, la surprise à des réactions peu appropriées, mais la joie à un magnifique sentiment de plénitude.

Le développement des émotions

Les adultes ont les expressions faciales pour montrer leurs émotions, ils peuvent en parler et les comprendre, mais les enfants ont plus de mal à les exprimer et les bébés n’ont pas cette possibilité, il faut donc les comprendre pour eux.

Les chercheurs estiment qu’on atteint la maturité émotionnelle à l’âge de 20 ans lorsque le cerveau finit son développement.

La gestion des émotions est un apprentissage au même titre que parler ou marcher.

  • Un bébé apprend à sourire à un mois, vers 3 mois, il commence à appréhender la différence entre surprise, joie et tristesse, en fonction de l’expression du visage de la personne qu’il a en face.
  • A 7 mois, il y associe aussi la voix. Il commence à comprendre les émotions des autres vers un an et à faire la différence entre lui-même et les autres, il apprend l’empathie.
  • En apprenant le langage, vers l’âge de 2 ans, il peut les exprimer partiellement par des mots plutôt que par des gestes.
  • Vers 4 à 6 ans, l’enfant comprends que les autres peuvent avoir un point de vue différent du sien, et de la même manière qu’il est capable de dissimuler ses propres émotions voir même de mentir sur celle-ci.
  • Entre 8 et 12 ans, il commence à appréhender les émotions secondaires (comme la culpabilité, la honte, la frustration, fierté, la jalousie…)

Comprendre les émotions des bébés

Les pleurs sont le principal mode de communication du bébé, que ce soit pour la chaleur, le froid, la couche sale, ou qu’il ait faim. Les parents vont reconnaître petit à petit quel pleur signifie quel problème. Certains peuvent juste signifier qu’il a besoin d’une présence rassurante. Pour l’aider à mettre des noms sur les émotions, il est possible de les nommer, pour qu’il associe un sourire à la joie, ou une moue à la tristesse. Le soir, à l’heure du crépuscule, le bébé a besoin d’évacuer les émotions et tensions qu’il a ressenti dans la journée, ce sont les pleurs de décharge, qui peuvent durer jusqu’à 3 mois. Il apparaît nécessaire de le rassurer, le prendre dans ses bras pour l’apaiser. Il est déconseillé de le laisser pleurer, s’il pleure c’est qu’il a une bonne raison, soit physique (faim, froid, chaud…) soit psychologique, il a donc besoin d’être rassuré, une simple présence peut suffire.

Aider un bébé à comprendre ses propres émotions

Pour l’aider, il est effectivement possible d’associer un visage à une émotion, des larmes pour la tristesse, un sourire à la joie, et lui dire, même s’il ne comprend pas encore bien, cela l’aidera plus tard à les intérioriser et à savoir lire le sentiment sur le visage d’un autre. Une autre astuce consiste en vous mettre devant un miroir avec votre bébé et imiter des émotions pour l’amuser et l’éduquer. Dans les magazines, on peut aussi trouver des images de personnes ressentant différentes émotions, les découper pour en faire un album papier et le regarder de temps en temps avec lui. Lorsqu’il sera plus grand il sera possible d’expliquer les signes physiques qu’il a ressenti à tel moment pour l’associer à une émotion, puis lui demander d’exprimer comment il a réagi à tel événement. Petit à petit, il sera intéressant de varier les mots, avec des synonymes, un champ lexical plus fourni, cela lui permettra d’avoir le choix quant au vocabulaire, et de pouvoir exprimer une palette d’émotion plus vaste.

Il existe différents outils pour accompagner les enfants :

  • La roue des émotions : elle contient 8 émotions et 12 solutions non violentes à mettre en place. Elle se trouve sur le site hoptoys.fr par exemple.
  • L’art thérapie : leur apprendre à dessiner leur émotion.
  • L’éducation émotionnelle : il s’agit de 3 questions à se poser en famille à savoir :
    • « Qu’est-ce qui t’a rendue la plus triste aujourd’hui ? »
    • « Qu’est-ce qui t’a mise le plus en colère aujourd’hui ? »
    • « Qu’est-ce qui provoqué le plus de joie en toi aujourd’hui ? »
  • Des livres qui parlent des émotions, voici une liste par le site « Apprendre à éduquer » : https://apprendreaeduquer.fr/7-livres-pour-enfants-sur-les-emotions/
  • Le jeu de cartes de la communication émotionnelle : il s’agit d’un jeu de 6 cartes avec des questions auxquelles il faut répondre le plus authentiquement et sincèrement possible. Les cartes sont trouvables sur internet, il est possible de les télécharger et de les imprimer facilement ou d’acheter un jeu avec davantage de questions par exemple sur : https://www.jeux-cooperatifs.com/shop/jeu-des-emotions-et-des-sentiments/
  • Le jeu Monstre des Couleurs où les enfants doivent aider le monstre à retrouver ses émotions qui ont été chamboulées et par là à exprimer les leurs. Ils se trouvent par exemple : https://www.cultura.com/le-monstre-des-couleurs-la-couleur-des-emotions-3558380059301.html
  • Pour apaiser les bébés, il existe des colliers et bracelets en ambre : surtout connu pour apaiser les dents des bébés, calmer les angoisses, aider à l’endormissement que vous trouverez sur https://irreversible-bijoux.com/collections/bijoux-bebe-ambre-pierres-naturelles-lithotherapie-bienfaits ou encore d’autres bijoux en pierres naturelles ayant de nombreuses vertus.
  • Les huiles essentielles : la lavandes vrai ou la camomille par exemple peuvent calmer un enfant en bas âge, sur un mouchoir qu’on leur fait sentir.

L’important reste de communiquer avec ses enfants et de réguler ses propres réactions pour lui montrer une gestion d’émotions saines, le tout dans l’acceptation bienveillante, sans jugement ni critique.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés